Une confrérie du boudin voit le jour au Québec

Une confrérie du boudin voit le jour au Québec. Publié sur ouest-france.fr le 11/12/2018 écrit par Monique Béguin.

La spécialité de Mortagne-au-Perche fait des émules Outre-Atlantique. À Boucherville, l’association québécoise du Goûte-Boudin a décerné ses premières distinctions.

« Désormais, plus que jamais, Mortagne et Boucherville sont définitivement unis par les liens du sang ». C’est par ces mots que Jean Martel, maire de la ville québécoise, a conclu son intervention lors du tout premier chapitre organisé mi-novembre par l’association québécoise du Goûte-Boudin.

La spécialité percheronne est un trait d’union supplémentaire entre les deux cités jumelées depuis plus de cinquante ans. C’est aussi une référence à la fondation de cette ville proche de Montréal, il y a 350 ans, par Pierre Boucher, émigrant originaire de Mortagne-au-Perche.

Des mutations

La soirée a été marquée par la remise de « Délys » d’or, d’argent et de bronze aux six finalistes du concours du meilleur boudin québécois classique et créatif. « Il s’agit de redonner ses lettres de noblesse à un mets patrimonial emblématique pour tout le monde », a expliqué Florence Junca-Adenot, présidente de l’Association québécoise du Goûte-Boudin en présence de 138 convives, dont les vingt artisans qui avaient soumis trente-trois échantillons de boudin.

Ce concours a également représenté un temps d’échanges et de réflexions. « À l’heure du boudin bio, de la baisse de consommation de viande, des coups de boutoir des militants végans, nous sommes tous les jours confrontés à des mutations qui questionnent nos habitudes », a commenté Yves Landry, représentant la confrérie mortagnaise. De part et d’autre de l’Atlantique tout le monde s’accorde à dire que « ce n’est que par la recherche de la qualité que la filière charcutière survivra et élargira le nombre de ses adeptes. »

Un premier concours pour découvrir le meilleur boudin au Québec

Un premier concours pour découvrir le meilleur boudin au Québec, parut sur lareleve.qc.ca  le samedi 27 octobre 2018, 7h00, écrit par Diane Lapointe.

 

Le savoir-faire des bouchers-charcutiers et des restaurateurs qui produisent du boudin sera bientôt reconnu. Le samedi 20 octobre dernier se tenait à Boucherville le premier concours pour choisir le meilleur boudin au Québec. Les noms des gagnants seront dévoilés le 16 novembre prochain.

Le concours, organisé par la nouvelle Association québécoise du Goûte-Boudin de Boucherville ‒ la seule du genre à exister dans la province ‒ vise à redonner à un produit artisanal québécois parmi les plus anciens ses lettres de noblesse. « Nous avons vécu une expérience historique, car il s’agit du premier concours du meilleur boudin à se tenir au Québec. Nous voulons promouvoir ce produit et faire de ce mets traditionnel, un met tendance, un success stories, un peu comme l’on a fait pour les fromages québécois », a expliqué l’instigatrice Florence Junca-Adenot rencontrée au centre multifonctionnel où se déroulait l’événement.

Les 25 membres du jury ont découvert les multiples variétés de boudin classique et créatif qui se fabriquent au Québec. Ils ont aussi découvert l’art de la fabrication du boudin et les critères pour les goûter et les juger. Ils ont évalué 33 recettes différentes de boudin.

« Ils ont relevé le pari de réussir le difficile choix des gagnants tout en étant, pour la plupart d’entre eux, à leur première expérience de juré alimentaire sous l’habile animation de chefs de table, experts de formation et d’expérience. Pour les organisateurs, il s’agissait de leur première expérience dans la création d’un concours de boudin », a poursuivi Mme Junca-Adenot.

Des membres de L’Association ont ensuite joint le groupe pour déguster des bouchées de boudin et le fameux cidre produit par Mme Junca-Adenot.

Les gagnants étant choisis, les prix DÉLYS leur seront remis le 16 novembre lors d’un banquet qui se tiendra au Club de golf de Boucherville. À cette occasion, des membres de la confrérie des Chevaliers du Goûte-Boudin de Mortagne-au-Perche seront présents.

L’association du Goûte-Boudin du Québec en visite

Jean-Pierre Lemasson en visite à Mortagne-au-Perche en France 
L’association du Goûte-Boudin du Québec en visite Publié sur ouest-france.fr le 20/03/2018 écrit par Monique Béguin

Jean-Pierre Lemasson est venu du Québec en ambassadeur pour assister au concours du meilleur boudin. Une association sœur de la confrérie a été créée à Boucherville.

« Comme il n’est plus de mode de signer un pacte de sang, remplaçons-le par un pacte de boudin bien cuit au feu de bois lors des veillées entre amis gourmands ». Telle est la déclaration de Jean-Pierre Lemasson, professeur universitaire québécois retraité, venu spécialement de Boucherville, ville québécoise jumelée avec Mortagne, pour apprendre sur le tas les us et coutumes du concours mortagnais de boudin qui a lieu chaque année dans le cadre de la foire. Il n’a pas été déçu.

Ce sont en effet pas moins de 600 échantillons qu’il a fallu trier, étiqueter et mettre en place avant qu’ils ne soient présentés aux membres des jurys. Un étonnement pour ce professeur d’université spécialiste de la gastronomie, qui n’a pas dédaigné de mettre la main à la pâte lors de l’évaluation des boudins concurrents.

Son but : comprendre toute la logistique afin de la reproduire lors du concours du meilleur boudin québécois prévu en novembre prochain. Même informé des procédures de ce concours, son étonnement a été grand. « Face à cette profusion de boudins de toutes tailles et de toutes saveurs, j’ai l’impression de vivre à côté de chez Rabelais », commente-t-il en plaisantant sur ce « grand déballage de tripes culturel ».

« Renouer avec une coutume »

Celui qui sera responsable de l’organisation du futur concours québécois a été stupéfait de la complexité de cette entreprise. « Je ne soupçonnais pas une telle logistique pour une opération qui implique autant de bénévoles ».

L’admiration du Québécois se tourne par ailleurs vers les membres de la confrérie dont certains, anciens charcutiers de métier, peuvent juger au premier coup d’œil de la qualité de ce qu’ils déballent avant même de le déguster.

Autre constat : la créativité, même dans un boudin classique. C’est ce professionnalisme qu’il espère remettre au goût du jour au Québec et il est optimiste. « Renouer avec une coutume ancestrale qui a perduré jusqu’au début du XXe siècle a déjà trouvé un écho favorable chez les charcutiers et restaurateurs contactés, même si l’urbanisation a fait disparaître partiellement ce mets traditionnel ». Et de rappeler que les porcs faisaient presque partie des bagages de ceux qui arrivaient en Nouvelle-France au XVIIesiècle.

Optimiste

Jean-Pierre Lemasson est donc optimiste. « Je constate, au Québec, un regain d’intérêt pour le boudin. On en trouve de plus en plus dans de nombreux restaurants ». Déjà, une soixantaine de concurrents de toute la province se sont fait connaître pour participer au concours qui aura lieu à l’automne. Les membres de l’association québécois du Goûte-Boudin de Boucherville ont par ailleurs un allié de choix pour accompagner leur projet. Il s’agit de Jean Martel, le maire de la ville jumelée avec Mortagne. Lui aussi, à l’instar des membres de la jeune association, souhaite favoriser la notion de partage et imaginer de « nouvelles pousses aux racines traditionnelles françaises adaptées à la réalité culturelle du Québec ».

Pour le groupe fondateur de l’association gastronomique, nul doute que la cuisine est un lieu de terrain d’entente et d’amitié. Ainsi que le rappelle Jean-Pierre Lemasson avec humour : « Au Québec, tout ce qui renvoie à la France remue les tripes ».

 

Quand le boudin se fait rassembleur

Quand le boudin se fait rassembleur Paru dans la Releve Le mercredi 20 septembre 2017.

Est-ce que Boucherville deviendra la capitale du boudin au Québec? Le projet mijote et les représentants de la Confrérie des Chevaliers du Goûte-Boudin de Mortagne-au-Perche multiplient les efforts pour faire apprécier cet ancien plat de sang cuit.

Reçu à Boucherville la fin de semaine des 9 et 10 septembre dernier, le Grand Maître de la confrérie Jean-Claude Goterri savoure l’idée de faire saliver les Bouchervillois devant le boudin noir, qui fait les délices des grands épicuriens.

Invités par la commission des jumelages, et dans le cadre des fêtes du 350e anniversaire de Boucherville, les membres de la Confrérie ainsi que ceux de la délégation de la Ville des Abymes ont pris part à un cocktail dinatoire au Centre multifonctionnel Francine-Gadbois.

Au cours de cet événement festif et amical, le Grand Maître Goterri a intronisé quatre nouveaux Bouchervillois Chevaliers du Goûte-Boudin. Il s’agit de Florence Junca Adenot, présidente de la Corporation des fêtes 2017 de Boucherville; de Jean-Pierre Lemasson, professeur à l’UQAM impliqué dans la science alimentaire; de l’honorable Oscar D’Amours, juge et président des fêtes du 325e de Boucherville; et de Frank Vedel, propriétaire du Traiteur Le Comptoir, un des principaux fournisseurs de boudin à Boucherville.

Soulignons qu’il y a quelques années déjà, le maire Jean Martel ainsi que le président de l’Assemblée nationale du Québec, Jacques Chagnon, un résident de Boucherville également, ont été intronisés Chevaliers du Goûte-Boudin. Depuis sa fondation, la Confrérie a intronisé quelque 2500 membres.